Les rêveries d'un promeneur solitaire

La Couleur des sentiments - Kathryn Stockett

2 Août 2014, 14:02pm

Publié par Damien C.

La Couleur des sentiments - Kathryn Stockett

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.

Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même lui laisser un mot.

La jeune bourgeoise blanche et les deux bonnes noires, poussées par une sourde envie de changer les choses malgré la peur, vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Grand prix des lectrices de Elle - 2011.

Auteur : Kathryn Stockett - Edition : Actes Sud/Babel - 624 pages

Avis.

Le livre s'ouvre sur le quotidien de deux bonnes noires, Aibileen et Minny, dans la ville de Jackson, Mississippi, état réputé pour son racisme exacerbé. Au fil des pages, le lecteur découvre la difficulté d'être noir dans le sud des États-Unis, en particulier quand l'on travaille pour des Blancs. Les bonnes de Jackson sont au service d'une ligue de femmes blanches sur laquelle règne Hilly Holbrook, cliché de la femme WASP et républicaine. Celle-ci s'évertue à promulguer une loi pour que les Blancs et les Noirs ne partagent plus les mêmes toilettes. Sa meilleure amie, Eugenia Phelan, rêvant de devenir écrivain, décide d'écrire le quotidien de ces bonnes avec l'aide d'Aibileen et Minny. Se voulant simple illustration de leur vie auprès des Blancs, que cette illustration soit mauvaise ou bonne pour l'image de leurs patrons, ce livre créé la polémique dans la ville de Jackson. Un climat de suspicion s'installe dans la ville et Hilly Holbrook s'évertue à combattre les bonnes. Après les Indiens et les communistes, une nouvelle chasse aux sorcières s'ouvrent pour la WASP américaine, une chasse aux rebelles noires.

Kathryn Stockett, pour son premier roman, a reçu un succès mérité pour un livre traitant avec beaucoup de simplicité et d'ironie des thèmes lourds et significatifs dans l'histoire américaine. L'auteur met l'Amérique au pied du mur et la confronte avec son passé. Bien que le ton soit léger, le sujet n'en demeure pas moins sensible dans une Amérique toujours en proie à un racisme et une xenophobie marquée. Ici, Kathryn Stockett montre l'espoir naissant d'un état où vivraient Blancs et Noirs main dans la main, comme l'illustre ce passage :

Mais Miss Hilly secoue la tête. " Aibileen, vous ne voudriez pas aller dans une école pleine de Blancs, n'est-ce pas?

- Non ma'am", je marmonne. (...) Je prends ma respiration. J'ai le coeur qui bat. Et je dis aussi poliment que je peux : "Pas dans une école avec seulement des Blancs. Mais dans une école où les Blancs et les Noirs sont ensemble."

La Couleur des sentiments - pages : 259-260

Ce livre est assurément plein de bon sens, et constitue un joli hymne à la tolérance. L'auteur s'excuse en 600 pages pour le sort réservé aux Noirs au cours du XXè siècle, mais s'excuse aussi elle-même pour le quotidien de sa propre bonne quand celle-ci était enfant. Kathryn Stockett s'est, en effet, rendue compte trop tard de ne jamais avoir demandée à sa bonne ce qu'était le quotidien d'une bonne noire. C'est ainsi qu'elle cherche à se rattraper et à appeler à une tolérance dans un monde qui en a, aujourd'hui, encore bien besoin. Notons que ce livre illustre le progrès fait dans l'acceptation des Noirs dans l'Amérique, puisqu'aujourd'hui le président américain est lui-même noir, les temps ont donc bien changé, mais l'auteur rappelle par son livre que le racisme et la xénophobie sont toujours présents.

La force de ce livre est sans doute de réussir à mêler les points de vue et surtout, comme le fait Eugenia Phelan (alias Miss Skeeter), de donner la parole aux bonnes noires. En effet, à travers les chapitres, l'auteur nous fait découvrir le quotidien d'une bonne noire dans les années 1960, quotidien dans lequel elle est confrontée à la tyrannie des Blancs et à leur racisme. Le point le plus sensible du livre est sans doute la peur constante dans laquelle vivent les personnages, en particulier à partir de la rédaction du livre de Miss Skeeter. Le livre se voulant ancré dans le contexte temporel et historique, les Noirs sont confrontés à la violence des Blancs, et le rôle du Ku Klux Klan. Cette peur des Blancs est si présente que Miss Skeeter, elle-même, la subit, étant soupçonnée d'être une intégrationniste et donc d'aider les Noirs. Ainsi, bien que ce livre se veuille léger et relativement comique, la trame de fond plonge le lecteur dans le sort tragique des Noirs américains dans leur lutte pour les droits civiques.

En bonne illustration de la vie en Amérique, ce livre est à recommander à quiconque s'intéresse à l'histoire des États-Unis, mais plus globalement à n'importe quel lecteur avide de nouveaux horizons, car malgré la grosseur du livre, sa lecture se fait d'une traite.

A lire, donc.

La Couleur des sentiments - Kathryn Stockett

Adaptation.

Le livre a brillamment était porté à l'écran en 2011 dans une adaptation respectant le livre. L'ensemble du casting retranscrit avec talent les caractères et comportements des personnages, en particulier Minny, ou encore Hilly Holbrook. Ce film est donc à voir, car celui-ci rend avec brio la profondeur du livre et la solidarité naissante entre les Blancs et les Noirs.

Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Octavia Spencer - 2012.

Commenter cet article