Les rêveries d'un promeneur solitaire

Âmes soeurs

8 Août 2014, 10:33am

Publié par Damien C.

Damselfly - Aliza Razell

Damselfly - Aliza Razell

Serait-il possible de revivre cet amour? Serait-il possible de l'avoir de nouveau à mes côtés? Serait-il possible qu'elle soit encore avec moi?

La lumière grise s'échappait entre les branches sèches du saule pleureur, elle illuminait ses doux cheveux cuivrés. Il était là, assis sur un rocher, les pieds dans l'eau, à observer l'horizon, le lointain, l'imaginaire. Les nuages défilaient devant ses yeux, les heures filaient. Il passait ses journées assis à contempler le lointain, l'inconnu. Il ressentait finalement ce qu'Orphée avait pu ressentir à la perte de la douce Eurydice. Il ne cessait de se demander comment avait-il pu survivre à sa disparition et ne pas avoir souhaité la rejoindre sur ces mythiques champs élysées.

Il n'avait pas même les mots pour exprimer la douleur qu'il ressentait. Cette souffrance est ineffable. Les seuls mots qui sortent de temps à autre entre ses lèvres sont "Je t'aime". L'écho des vagues masque le murmure de son amour. Elle seule peut désormais l'entendre. Plus jamais il ne pourra ouvrir son cœur. Seule elle avait su le comprendre, avait su l'apprivoiser, avait su le rendre heureux. Maintenant qu'elle n'était plus à ses côtés, qu'allait-il faire? Sans doute rester assis sur ce rocher.

C'était ici qu'ils s'étaient rencontrés, un après-midi d'octobre, au son des vagues venant s'échouer sur les rochers. Leurs regards s'étaient croisés, et ils ne s'étaient plus jamais détachés. C'était leur endroit, personne d'autre ne le connaissait. Ils revenaient tous les jours dans l'intime espoir de retrouver l'autre. Ils avaient trouvé leur âme sœur. Ce coup de foudre mythique semblait s'être concrétisé entre eux. Plus rien ne pourrait les séparer, sauf la mort.

Cela faisait deux jours, maintenant, qu'il n'avait pas bougé. Deux jours à contempler l'horizon. Les vagues faisaient écho aux flots de larmes qui coulaient le long de ses joues. Jamais, il n'avait tant pleuré . Jamais, il n'avait tant souffert. Pourquoi, maintenant qu'il avait trouvé le bonheur, venait-on lui arracher?

Personne ne pouvait le comprendre, désormais. Il était seul face au monde, face à l'inconnu. Il était seul au commande, et comptait bien prendre sa vie en main pour en finir avec son malheur. Elle n'aurait pas aimé le voir malheureux, elle lui aurait même conseillé de retrouver le bonheur avec quelqu'un d'autre, mais il en était bien incapable. Il pensait que l'on avait qu'une seule âme sœur, et qu'il avait eu sa chance. Les âmes sœurs sont faites pour se retrouver, pas pour se séparer. Il n'avait plus le choix, il devait la retrouver.

To a Morn of May - Aliza Razell

To a Morn of May - Aliza Razell

Il n'avait pas la patience d'Orphée pour retrouver sa bien-aimée. Les pieds dans l'eau, il ne pouvait plus se retourner pour la voir, alors il avançait pour la retrouver dans les limbes. Progressivement, il se libérait de ses vêtements pour ne faire qu'un avec la nature. Sa veste et sa chemise flottaient à la surface de l'eau. Derrière lui, il laissait son malheur pour retrouver son amour de jeunesse. L'eau lui arrivait déjà aux hanches. Les vagues venaient s'écraser contre son torse comme un signe de bienvenue. Ces abîmes seraient sa dernière demeure.

Il n'avait pas peur, il était serein. Il n'avait plus rien à perdre. Que pouvait-il espérer en restant? Seul le malheur et la mélancolie l'attendaient. Il ne sentait pas le froid l'embrassait, ni même les vagues qui l'attiraient vers le fond. Il n'avait désormais plus pied, seule sa tête dépassait encore de l'eau. Au moment où le soleil disparut au-delà de l'horizon, ses reflets cuivrés disparurent dans l'immensité de l'océan, là où il reposerait à jamais, rejoignant celle qu'il aime pour l'éternité.

The Escort- Aliza Razell

The Escort- Aliza Razell

© Crédits photographiques - Aliza Razell

Commenter cet article